Évaluation des effets des solutions de rechange aux antibiotiques sur la qualité et la salubrité du porc

Les éleveurs de porcs canadiens délaissent de plus en plus l’utilisation d’antibiotiques dans la production porcine. Pour garder leurs animaux en bonne santé, ils utilisent des solutions de rechange tels que les
probiotiques qui peuvent renforcer le système immunitaire en favorisant une meilleure santé intestinale.

Il reste encore beaucoup à savoir sur l’incidence de la modification du microbiote du porc sur la qualité, la salubrité et la durée de conservation des produits de porcs. C’est pourquoi Olymel, le plus grand producteur et transformateur de porc du Canada, collabore avec des scientifiques d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et de l’Université Laval à la réalisation de recherches visant à mieux comprendre les liens entre la santé intestinale, la salubrité alimentaire et la qualité des produits.

« Il existe très peu de recherches sur le microbiome et sur l’incidence de l’utilisation de solutions de rechange aux antibiotiques dans la production porcine », explique Sylvain Fournaise, vice-président,
Sécurité alimentaire et services techniques, chez Olymel. « La salubrité alimentaire et la santé
publique sont une priorité absolue pour Olymel. C’est pourquoi nous nous engageons à faire tout notre
en pouvoir pour comprendre et contrôler tout risque potentiel ».

La résistance aux antibiotiques posant une menace croissante pour la santé publique mondiale, les
éleveurs du Canada et d’autres pays cherchent des solutions de rechange qui leur permettront de préserver la santé, le bien-être et l’efficacité de la production des animaux d’élevage sans pour autant compromettre la salubrité alimentaire.

Les trois objectifs principaux du projet sont les suivants :

  • Établissement d’une base de référence – Au moyen d’analyses métagénomiques, les chercheurs détermineront quelles sont les bactéries et familles de bactéries présentes à différentes étapes de la chaîne de valeur afin d’établir si les bactéries présentes dans l’environnement de transformation ou sur les produits de viande de porc proviennent du microbiome des animaux eux-mêmes ou des environnements de production ou de transformation.
  • Évaluation des effets sur l’intestin – Les chercheurs évalueront les effets de différents probiotiques sur la santé intestinale des porcs et détermineront comment le microbiome intestinal est modifié par l’ajout de probiotiques combiné à une réduction de la prise d’antibiotiques.
  • Santé des porcelets – Les chercheurs compareront la santé et le bien-être des porcs élevés dans des environnements présentant différents statuts sanitaires, avec ou sans recours aux antibiotiques et avec ou sans recours aux probiotiques, et évalueront la viande provenant de ces animaux.

« Les consommateurs d’aujourd’hui veulent des aliments salubres et une production animale durable qui tient compte à la fois de la santé humaine et du bien-être animal », affirme M. Fournaise. « Chez Olymel, nous sommes fiers de produire des produits de porc de haute qualité et de nourrir le monde. Une recherche comme celle-ci est importante, car elle nous permettra de demeurer un chef de file mondial à cet égard. »

Pourquoi cette innovation est-elle importante?

SALUBRITÉ ALIMENTAIRE : L’utilisation de solutions de rechange aux antibiotiques dans la production d’animaux d’élevage et une meilleure compréhension de la microflore intestinale améliorent la salubrité et la qualité des produits de viande.

SANTÉ : L’utilisation de solutions de rechange aux antibiotiques dans la production porcine permet de répondre aux préoccupations mondiales en matière de résistance aux antibiotiques, tant pour la santé humaine que pour celle des animaux d’élevage.

BIEN-ÊTRE ANIMAL : Le microbiome est réputé avoir une incidence considérable sur la santé animale en général, et une bonne santé intestinale peut aider les porcs à mieux résister aux maladies.

Qu’apporte ce projet au secteur canadien de la transformation des aliments?

Le remplacement des antibiotiques par des solutions de rechange plus durables garantira la salubrité et la qualité des aliments et réduira encore davantage les risques associés à l’utilisation d’antibiotiques dans la production d’animaux d’élevage, tout en confirmant le rôle de chef de file du Canada dans ce domaine.

À propos d’Olymel S.E.C/L.P.
Olymel est l’un des chefs de file canadiens de la production, de la transformation et de la distribution de viandes de porc et de volaille. L’entreprise, qui emploie plus de 15 000 personnes, possède des  installations de production et de transformation au Québec, en Ontario, en Alberta, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan. Olymel exporte dans plus de 65 pays et est fière de la grande qualité de ses produits. Ses marques comprennent Olymel, Lafleur, Flamingo, Pinty’s, Tour Eiffel, parmi d’autres. www.olymel.ca

À propos de l’équipe du projet
Sylvain Fournaise est vice-président, Sécurité alimentaire et services techniques, chez Olymel S.E.C./L.P. Il détient une maîtrise en sciences et technologies des aliments de l’Université Laval et un doctorat en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

Linda Saucier, Ph. D., agr., chm., est professeure et chercheuse au Département des sciences animales de l’Université Laval. Elle est titulaire d’un doctorat en microbiologie de l’Université de l’Alberta et d’une maîtrise en sciences et technologies des aliments de l’Université Laval. 

Guylaine Talbot, Ph. D., est chercheuse en écologie microbienne au Centre de recherche et de  développement d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à Sherbrooke. Professeure auxiliaire à la Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke, elle est titulaire d’un doctorat en biochimie de la Faculté de Médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke. 

Deuxième grappe 2018 à 2023

thème

Salubrité des aliments

projet

Optimisation de la qualité microbiologique et de la salubrité des produits de porc frais et transformés

Partenaire industriel

Olymel S.E.C./L.P., Boucherville QC

Chercheuse principale

Linda Saucier, Ph. D., agr., chm., Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Université Laval, Québec (Québec)

Qu’apporte ce projet au secteur canadien de la transformation des aliments?

Le remplacement des antibiotiques par des solutions de rechange plus durables garantira la salubrité et la qualité des aliments et réduira encore davantage les risques associés à l’utilisation d’antibiotiques dans la production d’animaux d’élevage.

Date de publication

17 juin 2020